Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DECLARATION PREALABLE FOCOM CE D'AVRIL 2017

CE DOSE : DECLARATION PREALABLE FOCom

Aix Cézanne - Jeudi 27 Avril 2017

Madame la Présidente,

Monsieur le Secrétaire,

Madame, Monsieur,

 

Depuis l’arrivée de notre sympathique directrice, dont nous tairons le nom… non pas par pudeur mais bien pour nous conformer à la coutume de la maison, il est à constater que les lignes de la DOSE bougent, et pas qu’un peu !

Elles ne se déplacent pas géographiquement certes, pas encore du moins, bien que la rumeur chronique fasse état d’un rapprochement avec Centre-Est, mais ça, c’est un autre sujet… Bref, le mistral souffle et les commandants de bord s’envolent et atterrissent les uns après les autres comme au gré du bon vent :

- Un départ et une nouvelle directrice à l’unité de pilotage réseau Sud-Est,

- Un départ et un nouveau directeur à l’UIPCA,

- Un départ encore et un nouveau directeur à l’ADSE,

- Un départ et un nouveau directeur à l’UIRD,

- Un départ et une nouvelle DRH à la DOSE.

A chacun des arrivants, FO souhaite, bien évidemment et personnellement, la meilleure des réussites et espère trouver en leur personne, un écho favorable et attentif à la bonne qualité du dialogue social dans l’intérêt bien compris de l’entreprise et de ses salariés fort méritants.

A ce stade de la hiérarchie, il n’est cependant pas, comme on le constate quotidiennement, un arrivant pour quatre sortants. FOCom se félicite que la règle dérogatoire ainsi appliquée par la DOSE rallie une des revendications majeurs de notre organisation, à savoir le 1 pour 1 : 1 entrant = 1 sortant.

Et parmi ces derniers sortants, évoquons notamment :

- Un DR Corse prêt à quitter l’île de Beauté pour conquérir le continent, après 12 fois 100 jours de bons et loyaux services,

- Et un DRH, celui de la DOSE justement, qui monte à Paris pour de nouvelles aventures. Encore plus belles, encore plus palpitantes, encore plus enrichissantes… professionnellement parlant.

Vous en conviendrez, cela fait beaucoup de mouvements en si peu de temps pour l’Orange d’en-bas dont nous sommes… faut-il le rappeler ?

Et cela nous inquiète d’autant plus que les échéances professionnelles de novembre se profilent… Et que les neuf accords à appliquer demanderont aux uns et aux autres, expérience et savoir-faire conjugués au quotidien du management et des contraintes de la productivité !

Nous nous interrogeons donc sur l’impérieuse nécessitée de bouger les lignes, notamment celles du DRH de la DOSE, dont nous comprenons certes les arguments personnels, en ces temps disons… plutôt chargés ! Mais puisque le cadre et les schémas sont arrêtés, faisons confiance à la faculté d’anticipation de la DOSE pour une relève des compétences immédiatement opérationnelles et aux épaules assez larges pour porter le surpoids de la surcharge de travail avec des équipes toujours plus sollicitées parce que réduites par les nombreux départs.

 

Il parait que « les graines d’un vieillissement en bonne santé se sèment tôt ». Certes !

Alors pourquoi la Direction d’Orange traine-t-elle les pieds pour mettre en place un régime collectif en matière de santé pour les fonctionnaires identique à celui des contractuels ?

Petit rappel. Lors de la signature de l’accord salarial de 2014, FOCom a obtenu le principe d’une négociation portant sur « une aide au financement de la couverture complémentaire santé des fonctionnaires » afin de réparer une injustice vieille de 15 ans. En février 2015, il a été acté que les fonctionnaires d’Orange percevraient une aide sous forme de prime à compter du 1er janvier 2016, soit 450€ bruts/an).

FOCom n’a pas signé cet accord car « une prime au rabais ne règle en rien l’inégalité de traitement entre fonctionnaires et salariés de droit privé. »

Aujourd’hui, FOCom tire la sonnette d’alarme. Il y a fort à craindre en effet qu’à l’issue de la négociation, débutée le 31 janvier 2017, la mise en œuvre d’un contrat collectif prévu pour janvier 2018 ne réponde toujours pas aux attentes des salariés.

Face à la manne du CICE, 98 millions d’euros rien que pour le groupe en 2016, Orange devrait appréhender la santé de ses salariés comme un trésor inestimable. A ce titre, l’accès aux soins devrait être accessible à tous, en toute équité, et sans considérations de statut. Bref, si la santé a pour l’heure un coût plus élevé pour les fonctionnaires, elle n’a pas de prix pour tous.

Alors, FOCom repose une énième fois la question, pourquoi la Direction d’Orange traine-t-elle les pieds pour mettre en place un régime collectif en matière de santé pour les fonctionnaires identique à celui des contractuels ? Oui, pourquoi ?

Au-delà de l’égalité femmes/hommes, l’égalité aux soins pour tous, fonctionnaires/contractuels ne se négocie pas, elle s’impose comme un droit fondamental !

 

Enfin, nous terminerons par l’accord NAO et les points positifs qui ont conduit notre organisation à se déterminer pour sa signature, avec notamment : un taux global de 2,3 %, un collectif pour les CDI NC supérieur à 2016, une mesure pour les AFO NC également supérieure à 2016, un budget individuel pour les cadres de 1,1%, etc.

Face aux réticences de la direction, et devant la maigreur de ses propositions initiales, FOCom n’a eu cesse d’œuvrer pour obtenir un accord où chaque salarié puisse percevoir une augmentation collective permettant de reconnaître les efforts de tous.

Certes, tout n’est pas pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais comme dit la vox populi, « vaut mieux un tien que deux tu l’auras ! »

 

Merci.

Tag(s) : #CE

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :